vendredi 23 août 2019

S'approprier des connaissances

Il y a quelques jours, nous nous sommes une nouvelle fois retrouvés en présence de Charles Quint. Nous l'avions rencontré plusieurs années auparavant dressant sa couronne impériale au-dessus des conquêtes de Pizarro et du triste destin des Incas. A ce moment-là, Lutin avait façonné un petit panneau d'exposé avec les informations essentielles concernant le descendant Habsbourg. Je me souviens qu'à ce moment-là, il aimait découper les lettres dans des matières différentes et que le souci de clarté, de lecture par l'autre, de visibilité que j'essayais de lui soumettre était le cadet de ses soucis. En vérité, il ne m'entendait même pas.



Donc, nous revoici face à face avec le fameux opposant de François 1er. Je suppose alors que nous n'allons que vérifier ensemble s'il reste quelques souvenirs de notre précédente rencontre puis passer à autre chose. Je précise que la répétition a toujours représenté la plus horrible des atroces souffrances que l'on peut infliger à un apprenant.

Je fus un peu surprise quand le Lutin voulut (sur-le-champ s'il vous plaît) ressortir son ancien exposé. Mais en fait, "super, bonne idée de revoir ce que tu as fait !" Et là, je tombe des nues, enfin de la chaise, à sa réponse "je vais le refaire".

Le refaire ? Mais pourquoi ? se dit ma tête étonnée. Il y a des tonnes de sujets à aborder, on ne peut pas dire que l'on avance à pas de géants, il déteste la répétition et en plus, il a retenu l'important. Pourquoi avoir envie de refaire un sujet/une présentation ? Parce que c'est une démarche d'appropriation.

Nous côtoyons tous des tas d'informations, des tas de connaissances. Certaines ont été recherchées par notre esprit curieux, d'autres imposées par un système ennuyeux. De celles que nous avons apprécié pour diverses raisons, une partie est restée avec nous, dans un coin, une autre s'est effacée plus ou moins rapidement. Une sélection due au traitement de l'information en question. Peut-être nous sert-elle souvent ? Nous semblait-elle nécessaire pour un but lointain ? Ou l'avons-nous croisée maint fois ?
Mais nous avons tous aussi des connaissances dont nous ignorons la provenance et/ou pourquoi nous nous en souvenons encore. A priori, on ne s'en sert jamais, on en parle rarement, et pourtant c'est là quelque part à sortir de sa boîte une fois dans la décennie. Dans le même genre, c'est l'information minime que l'on retient alors qu'on oublie le pavé si important. Pourquoi retenir celle-ci ? Parce qu'elle nous accroche quelque part. Par l'émotion (souvent), par l'imagination (régulièrement) et par l'alliance des deux à différents dosages (l'association d'idées, l'image drôle et décalée, la visualisation…) A partir du moment où cette info passe par ce circuit-là, on la fait sienne.

Et voilà le phénomène auquel j'ai assisté chez mon Lutin. Je ne sais pas pourquoi ce fut Charles Quint ni pourquoi ce fut à ce moment-là. Mais je sais qu'il a choisi une nouvelle feuille, qu'il a sélectionné à nouveau des informations à noter, qu'il voulait changer la présentation pour qu'elle corresponde à ses envies de maintenant.

Sur son chemin, il a rencontré Charles Quint et il a choisi de l'emmener avec lui. Il se l'est approprié. Il y a de fortes chances que ce personnage demeure fort longtemps dans un coin de son esprit. (Bonjour la compagnie ! Enfin chacun fait comme il veut, hein !)

Réfléchissez-bien, je suis sûre que cela vous est arrivé à vous aussi...

mardi 20 août 2019

Organisation 2019-2020

Le grand mot de cette rentrée est SIM-PLI-FI-CA-TION !
Terminées les journées découpées en petits tronçons. Cette organisation, tirée en grande partie de la pédagogie de Charlotte Mason, a fait ses preuves chez nous. Il est utile pour un jeune enfant de varier les activités, d'alterner les sections d'oral et d'écrit afin de maintenir l'attention, d'éviter la fatigue. Je pense même que cela peut convenir à des grands.

Pour nous, en revanche, c'est la fin. Quand les apprentissages formels se sont révélés un peu plus laborieux à mettre en place et à respecter, le découpage en courtes séances, cette diversité proposée, c'est transformée en impression de surcharge. Trop de changements au cours d'une journée. Trop de matières différentes qui n'étaient plus de courtes séances facilitant l'entrain mais l'impression de plier sous la quantité. Comme quoi, tout change…

Du coup, cette année, nous nous lançons dans un rythme basique. Sur le papier : 4 fois 4 heures de travail coupées en deux sessions de 2 heures, et 2 fois 2 heures. Mais c'est énorme me direz-vous ! Hein ! Bah, en fait, non.

En théorie, nous obtenons ainsi le nombre d'heures approximatif du collège. En réalité, nos quatre journées et nos deux demi-journées permettent de poser le nombre d'heures indiqué pour chaque matière tandis qu'au moins une de nos journées est occupée chaque semaine par des sorties, des visites, des ateliers, des balades entre amis…                                                                                            De plus, adopter des horaires types ne bride en rien ce que nous ferons à l'intérieur de ces laps de temps. Et, quand on commence à créer, manipuler, cartographier, le temps passe sans que la matière visée avance. Découvrir à sa manière prend du temps. En tous cas, chez nous. Autant le prévoir sur le calendrier.

A l'intérieur des journées de quatre heures, une coupure de deux heures est prévue le midi pour déjeuner, faire de la cuisine ensemble et selon les jours, du jardinage, du ménage ou de la marche. Oui, je fais partie de ces horribles mamans qui pensent que jardiner ou marcher sont de bons moments en extérieur, que cuisiner est une compétence nécessaire et que le ménage est plus sympa à deux. Surtout depuis que l'un des deux à oublier cette joyeuse période de l'imitation et de l'aide spontanée. Si vous voyez ce que je veux dire, chers parents d'ados…

Les matières sont réparties par créneaux d'une heure par simplicité sur le papier aussi, sachant que je ne regarde jamais en fonction de la durée. J'aurais horreur d'interrompre une activité pour bêtement passer à la suivante "parce que c'est l'heure" et qu'il m'importe que le rythme du Lutin soit respecté donc il avance lentement ou rapidement et quand une chose est aboutie, on peut regarder vers quelle matière suivante se tourner.

Nous allons tester cette organisation et voir si elle correspond mieux à l'humeur de notre apprentissage à la maison. Je détaillerai peut-être davantage chaque matière en fonction de ce que nous ferons. Par exemple, même en Français de niveau collège, nous gardons la lecture-narration qui est devenu un réflexe de partage et de compréhension. Le Lutin lit plus souvent qu'à mon tour désormais mais enchaîne tout de même aussitôt par sa reformulation. Une pépite de Charlotte Mason que nous ne lâcherons pas !

 Et chez vous, le planning est-il fixé ?



samedi 27 juillet 2019

Français 4eme : L'Amour

Parmi les grands thèmes de français du programme du niveau 4eme, nous trouvons : le partage des valeurs, le passage de la fiction à la réalité, l'information, la ville et l'Amour.
Première déception chez nous, plus de thème en rapport avec l'aventure qui ouvrait chacune de nos années tant le Lutin a une préférence pour ce genre-là.
Et première de mes constatations : mmm...ça va être simple d'aborder un tel sujet avec un ado en pleine découverte de son intime et de son jardin secret !
Passé mon scepticisme courant en ce qui concerne les programmes, j'ai décidé de mettre au clair les attentes de ce chapitre puis de mettre en place une stratégie afin de faciliter l'entrée dans le thème littéraire de l'Amour.


Quelles sont les attentes du programme sur le thème de l'Amour ?
 - il s'agit de découvrir des poèmes lyriques de différentes époques avec des discours amoureux variés. Donc, prévoir la définition du lyrisme et des textes en conséquence.
 - il faudra chercher et comprendre pourquoi l'Amour est un thème que l'on trouve si souvent en littérature et en art de manière générale. Je pense que l'étude des textes et une séance en histoire de l'art pourront nous permettre de répondre à cette interrogation. Un peu de discussion ouverte aussi car l'Amour ce n'est pas que dans les livres, hein !
 - enfin, nous ferons sûrement une récap de ce chapitre dans le but de mettre en avant la dernière compétence à acquérir : avoir des images et des références dans le lyrisme amoureux.

Quels moyens pour travailler ce chapitre ?
- un ensemble de poèmes d'amour de l'Antiquité à nos jours.

Pour entrer dans ce chapitre, j'ai opté pour un "Bonjour philosophe". C'est comme un goûter philo sauf que par rapport à notre emploi du temps, je sais que nous le ferons plutôt le matin donc ce jour-là, je prévois de mettre les petits plats du petit-déjeuner dans les grands afin de marquer que c'est un moment particulier (et pourquoi pas susciter l'intérêt du Lutin, tous les espoirs sont permis). Nous changerons peut-être d'endroit pour son petit-déjeuner, je ferai sûrement une présentation de table un peu originale.
Ensuite, j'exposerai le but de ce "Bonjour philosophe", à savoir s'octroyer un moment d'échange verbal sur un sujet bien précis à l'aide de questions ou de citations préalablement disposées sur la table.

Pour le thème de l'Amour, je disposerai ces trois citations :

- "Ce qu'il y a d'ennuyeux dans l'amour, c'est que c'est un crime où l'on ne peut pas se passer d'un complice". Signée Baudelaire.
Pour se demander ce qu'est l'amour, ses différentes formes, les différents complices possibles…

- "Aimer, c'est trouver sa richesse hors de soi". Signée Alain.
Pour discuter du rapport à l'autre, de ce que l'un apporte à l'autre, de la réciprocité ou, au contraire, de la non-réciprocité puisque l'on doit exposer des sentiments variés et que l'amour déçu, perdu, utopique est très présent en littérature.

- "Un amour, une carrière, une révolution : autant d'entreprises que l'on commence en ignorant leur issue". Signée J.-P. Sartre.
Pour mesurer l'ampleur de l'incertitude, le choix d'y aller quand même, le plus important n'est-il pas de le vivre ? et tous les états intermédiaires qui sont exprimés en littérature. Après tout, l'amour avec ses aléas, ses incertitudes, ses décisions venant aussi de l'autre, n'est-il pas une aventure ? (Ah ! je savais bien que j'arriverai à la placer mon "aventure" si chère au Lutin !)

A voir comment l'intéressé appréciera cette expérience !
Prochaine étape, les textes.

Et vous, votre programme est-il prêt ?






lundi 15 juillet 2019

Maman non sco : La chance que t'as!


Tu te lèves aux aurores pour organiser ta journée pendant que tout le monde dort
La chance que t'as, de ne pas subir les transports,
Tu ne feras le taxi que quinze fois pour ton fiston et ses amis,
La chance que t'as, il y en a un qui te dira merci.

Ton mari, tu le croises à peine
Il est absent tous les jours de la semaine
Ramener l'argent nécessaire au foyer
Voilà son sacrifice pour sa couvée
La chance que t'as, de rester seule comme ça.

Ton objectif à toi, c'est que les enfants grandissent bien,
Cultivés, épanouis, joyeux, avec des amis,
T'as de la chance d'y pourvoir chaque jour,
Entre la cuisine, le ménage, le jardin et la salle de cours.

Ta voisine te regarde en coin,
Elle te croise avec les enfants au marché ce matin,
Ulcérée, elle baisse le nez,
Aujourd'hui, c'est la rentrée,
La chance que t'as, ce jour-là, elle ne t'insultera pas.

Maman solo, tu ne comptes sur personne,
Remplir le frigo, travailler du soir au matin,
Gérer les bambins et chaque seconde du quotidien,
La chance que t'as, d'ignorer que tu n'as que deux mains.

Chaque année, tu te fais contrôler,
Les cahiers sont-ils remplis ? Les objectifs atteints ?
Tu réussis à ne pas jeter le journal à la tête des Inquisiteurs,
Tu sais, l'article avec le collégien qui a mis fin à ses malheurs,
La chance que t'as, d'être de si bonne humeur.

La grand-mère insiste encore une fois,
Est-ce bientôt fini le grand n'importe quoi ?
Les petits ont grandi, il faudrait les mettre dans la vraie vie,
Celle avec des murs et des carottes en forme de notes,
La chance que t'as, de te maîtriser à ce point-là,
Pour la dixième année, t'arrives à pas frapper Mémé.

En plus de tes obligations,
Tu tiens un blog avec tes astuces et tes impressions,
Il y en a encore pour croire que tout est parfait chez toi,
La chance que t'as, ils ne voient pas le petit dernier
En train de refaire le papier peint, du chocolat plein les doigts.

Aujourd'hui, fut une journée ordinaire,
Le Minus a appris à compter,
Le Moyen a travaillé ses sciences dans le jardin,
L'Aîné a avancé son exposé,
La chance que t'as, ça se voit que tu ne fais rien.

Ce soir, tu es fatiguée,
Après l'instruction et les sorties,
Tu as accompagné les bambins à leurs activités de fin d'après-midi,
La chance que t'as, tu n'as pas massacré
Celle qui plaint tes enfants de trop s'ennuyer.

Une autre fois,
C'est éreintée par une semaine classique,
Pleine de rencontres et de pique-niques,
Que tu croises la voix de la vérité :
Comment ça ? Vos enfants ne sont donc pas sociabilisés !
La chance que t'as, d'avoir autant de retenue,
Tu ne lui as même pas cassé le nez à ce malotru !

Et quoi ? Je t'entends protester ?
Maman non sco, ce n'est pas de la chance,
C'est un choix.
T'as de la chance, tu as tellement raison.

Vivre avec ses enfants, les suivre dans leurs passions,
Maman non sco, c'est du courage et de la détermination,
Alors, vis-le comme cela,
T'as de la chance, c'est ton choix.


vendredi 12 juillet 2019

L'Adolescence à la maison

Voici un terme qui en jette ! Ah, l'adolescence, ce passage obligé de la vie qui saisit nos jolies petites têtes blondes un matin pour les transformer en pantins désarticulés bougonneurs et réfractaires à toute forme de vie familiale.

Pendant longtemps, c'est-à-dire jusqu'à ce qu'elle s'invite chez moi avec ses énormes sabots et décide de poser ses valises pour un séjour indéterminé, je voyais l'adolescence comme une espèce de phénomène agité au nez des parents afin de leur faire comprendre que la béatitude des premières années ne durerait pas, que le pire restait à venir, et une occasion supplémentaire de dresser des cases entre les individus. Vous savez, on met les bébés à la crèche, les enfants à l'école, les parents au bureau, les grands-parents à la maison de retraite et les adolescents dans cet espace-temps troubleur de tranquillité.


Eh bien, j'ai changé d'avis. Deux fois.

La première fut en effet quand le mignon petit bonhomme qui embellissait mes journées a peu à peu quitté son tendre sourire empli d'enthousiasme et de curiosité pour se vêtir d'une humeur aussi cordialement noire que ses tee-shirts taille M.
Je pense avoir été longue à la détente car mon Lutin a commencé sa mutation il y a déjà longtemps, alors qu'il n'a actuellement que treize ans et demi, et que sa voix comme son mètre quatre-vingt trois ont eu du mal à s'imposer à mes yeux de maman gaga.
Puis, mes paupières se sont soulevées, elles ont établies un fin raccordement neuronal avec mon ciboulot et il a bien fallu que je me rende à l'évidence. Mon bébé était devenu un adolescent.

Son énergie débordante est venue se couler sur le canapé en position 120 degrés, lorsqu'il était obligé de quitter son lit. Son vocabulaire jusque-là étendu et fort à propos après avoir vaincu de terribles difficultés de prononciation se limitait aux onomatopées, pas expressives mais d'humeur très claire. Le courageux bambin qui escaladait les falaises en couche passait son temps à se plaindre de douleurs au dos (justifiées), aux jambes (justifiées), au quarante-huitième cheveux (justifiées, uniquement pour lui). Le futur adulte coopératif avide d'aider à la maison avait déposé son tablier pour grogner lorsque je lui demandais un coup de main fort nécessaire. La porte de la chambre s'est fermée. Et, parmi les moments de plus grandes frayeurs, j'ai passé quelques semaines en compagnie d'un être-zombie qui répondait à côté de mes questions et agissait sans queue ni tête, en me demandant quel coup sur le crâne il avait subi ou si son cerveau n'aurait pas définitivement trouvé le bouton OFF.

J'ai clairement été désarçonnée et, pourtant, on m'avait prévenu. De nombreuses fois. A écouter les avis, il était temps de scolariser car tout était perdu, plus jamais il ne voudrait apprendre de la même manière. Il fallait sévir et faire comprendre qui était l'autorité à la maison. Il fallait se méfier aussi des bêtises à venir. Bref, il fallait combattre comme on pouvait l'être dégoulinant d'abattement et de sébum en train de gâcher l'ambiance (image un peu excessive).

J'ai bien failli céder à cette pression. Car c'est ce qu'elle est, comme de nombreux autres sujets, une pression de plus sur celles et ceux qui veulent faire autrement. Car, le message était clair : je n'y arriverai pas.

Oui, j'ai eu envie que mon Lutin rejoigne les bancs de l'école. Plus d'une fois. Et encore il y a peu. En fait, ce n'est pas l'institution que je voulais, c'était la structure qui pourrait le recevoir plusieurs fois par semaine, en journée, afin de lui proposer des choses intéressantes. Sous-entendu, moi, je ne peux pas le faire donc la solution miracle est ailleurs. Constat : il n'y a pas de solution miracle. La structure dont je rêvais n'existe pas et le Lutin n'avait aucune envie de ce genre de choses (imaginez, il aurait fallu se lever et sortir, dans la même journée !)

Les apprentissages sont en effet, plus compliqués à mettre en œuvre. Toutefois, quand j'arrive à ne pas le braquer d'emblée, nous passons de joyeux moments à rire, à bavarder, et à s'instruire par-ci, par-là. Et nos méthodes restent semblables d'après sa volonté. Quant à faire le gendarme, j'en suis génétiquement incapable. Alors, de temps en temps, je mets ma casquette bleue de force pour ne pas risquer de créer un monstre insupportable. Le reste du temps, je fais comme je peux et mon géant me le rend bien.

Alors, j'ai changé d'avis pour la deuxième fois.
L'adolescence ne se combat pas et ne s'évite pas, (et si vous chercher à fuir, les autorités finiront par vous retrouver). L'adolescence s'invite, certes. Mais, je n'ai trouvé la paix, nous avons trouvé la paix, qu'à partir du moment où je l'ai accueillie, acceptée et, à tâtons, accompagnée. Ce n'est pas parfait, c'est surtout épuisant en fait, mais c'est salvateur pour tout le monde.

Mon Lutin prend son temps alors j'ai décidé, de nouveau, de prendre le mien. Les repas sont plus compliqués car les goûts changent chaque semaine. C'est dû aux hormones. Soit, expliquons notre désarroi et comptons sur une participation en cuisine. C'est une blague ? Oui. L'option réelle est soit on cuisine ensemble, soit on fait avec ce qu'il y a. Ben oui, je tiens à survivre quand même !
Pour les apprentissages, calme et arrondis sont devenus mes meilleurs amis. ça prend du temps, vraiment. En vérité, à ce passage de la vie, l'intérêt n'est plus à l'instruction. La vie sociale, la découverte de soi, des sentiments, aspirent complètement. Alors, je prends en considération ces derniers afin de glisser un peu d'autres choses.
Je découvre un grand gars, capable de citer chacune des pièces d'un ordinateur et avide de m'expliquer leur usage, le comparatif qualité/prix de toutes les marques lorsqu'il ne dresse pas des tableaux sur des systèmes de jeux qui me sont hermétiques.
Et surtout, le plus important (et récent), je continue à lui faire confiance. J'avais confiance en l'enfant qui en demandait toujours plus. C'était rassurant. Je dois avoir confiance en l'ado qui en veut toujours moins. C'est carrément flippant. Mais l'amour inconditionnel est à ce prix-là. Il est, pour moi, ce qui permettra à Lutin de se construire essentiellement. Il aura ensuite tout le temps de choisir des secteurs de découvertes, de tracer sa voie, de douter, de changer de chemin, d'évoluer quoi.
Ce n'est que mon choix et je ne lis pas l'avenir. On verra bien.

Cependant, si vous pouviez éviter de me parler de ce billet les jours où je serai trop fatiguée, trop excédée, trop pressée, trop découragée, en train de douter, en train de m'inquiéter, en train de me questionner, en train de tout contrebalancer, en train de tout envoyer balader, je vous en serais d'une reconnaissance extrême.

Et, chez vous, en mode ado ?

mardi 9 juillet 2019

Le Retour !

Quoi ? Déjà une année de passer ? Et rien sur ce blog ? Mais c'est monstrueux !

Enfin, l'été est là et avec lui, le temps de rafraichir toute cette histoire.

Alors, à très vite, pour la suite de notre aventure en Instruction En Famille. Il faut que je vous raconte un truc de fou… Nous avons fait connaissance avec… L'Adolescence !!!!


mercredi 15 août 2018

Organisation 2018-2019

Plus que jamais je trouve que cet été a défilé à toute allure même si je suis consciente que cette vision est due au travail quasi incessant de mon côté. Pour le Lutin, en revanche, les vacances se poursuivent, il a sa dose d'activités, de dépaysement et de glandouille. Essentielle la glandouille !
C'est donc avec entrain que nous reprendrons un rythme que j'espère fixe, rigoureux, soutenu… Bref, toutes les bonnes intentions qui jaillissent dès que j'ai passé plusieurs heures à élaborer nos plannings respectifs et qui s'effritent tout aussi rapidement puisque mon mot d'ordre demeure : suivre les rythmes de Lutin. Disons qu'ainsi j'espère tenir une moyenne productive et confortable.



Les jours d'étude ne varient pas trop de l'année précédente, à savoir : le lundi, le mercredi et le vendredi en jours immuables pour le travail à la maison.
Puis, le mardi pour les sorties. Cette année je compte réinvestir complètement ce pan de l'instruction en famille qui est précieux pour nous deux mais, clairement, j'ai manqué de courage en cours de route l'année dernière pour faire ce qui nous tentait donc on se rattrapera ! Donc des visites, des expos, des activités, autant que l'on aura envie d'en faire avec soit en amont, soit après, un moment, même bref,  durant lequel nous pourrons réinvestir ces sorties par des discussions, des questions-débats, des albums photos, des recherches complémentaires, une petite note souvenir…
Le jeudi est dévolu aux ateliers culturels et artistiques.
Le samedi est consacré aux activités sportives en complément des heures du mercredi. Il est encore possible que le planning se complète à ce niveau-là puisque Lutin semble avoir envie de nouveautés, que nous découvrirons tout début septembre aux forums des associations de notre coin.

J'ai détaillé chaque jour d'étude en différentes matières pour avoir un canevas et pouvoir envisager une progression sur le papier mais je ne découpe pas les horaires. Je ne veux pas retomber dans ce stress qui arrive toujours insidieusement à partir du moment où j'écrirais "français de 10h à 11h pour faire…" et que l'on ne s'y tiendrait pas parce que l'on aime bien bifurquer sur une question, compléter d'une autre manière ou simplement parce que l'on prend davantage de temps.

Donc le lundi se sera :
- Lecture à voix haute et narration écrite. Avec ce livre :

Je commence toujours l'année avec un récit d'aventures car ce genre reste le préféré de Lutin même si le policier gagne du terrain.

- Résolution de problèmes. Une toute petite séance pour travailler ce point faible dans un fichier. Je pense à cette collection :

De manière générale nous aurons beaucoup plus de fichiers cette année. Je n'ai jamais été friande de ces supports donc nous n'en avions qu'un pour la rédaction. Mais au bout de plusieurs années d'école-maison, je crois que quelques nouveautés seront les bienvenues et contrairement à moi, je crois que le Lutin apprécie ce format. A voir donc.

- Mathématiques : alors, là, c'est facile. Pas de doute possible, nous restons fidèles à la collection Phare de chez Hachette, on n'a pas trouvé mieux. Peut-être que le fichier d'activités correspondant rejoindra nos étagères également.

- Histoire-géo : Nous débuterons en faisant un point récapitulatif sur cette matière où nous faisons beaucoup de choses chaque année mais où les acquisitions ne sont pas toujours limpides. je verrai ensuite si j'opte pour un fichier de révisions et des ressources personnelles pour la suite ou pour une multiplication de frises créatives…

- Français : Comme je le disais, nous débuterons avec les romans d'aventures et les voyages, toujours intercalés avec l'étude de la langue.



- SVT : Cette matière passionnante pour Lutin se résume à lui mettre le manuel entre les mains puis à lui indiquer où se trouve le matériel pour les activités tout en partageant son volubile enthousiasme.


 - Allemand : nous commencerons avec Duolingo. J'espère m'investir davantage dans l'accompagnement des langues cette année car ces matières nous font un peu défaut.

Voilà pour le cadre de la première journée de la semaine. Donc ce qui ouvrira la reprise du 3 septembre. Je suivrai en effet le découpage scolaire, pour une fois, ce qui permettra j'espère de bénéficier aussi de vraies pauses durant les congés. Que d'ambitions !