jeudi 24 novembre 2016

Art journal et gribouillages : le retour !

Avec exactement une semaine de retard jour pour jour, je mets enfin la photo de ma participation au Challenge Art Journal et Gribouillages de Jijihook pour le thème PORTE.


Je vous en dirai un peu plus sur ce chouette défi lorsque j'aurai moins de retard ! A très vite !

mercredi 23 novembre 2016

Jeu d'écriture et atelier

Quel plaisir de retrouver des journées normales pour se poser autour d'une activité !
Comme je tiens énormément à lier apprentissages et créativité, j'ai mis en place des jeux d'écriture qui permettent d'aborder certaines notions de français, d'encourager l'expression orale ou écrite tout en laissant la part belle à l'imagination.

Ainsi nous avons commencé par ce jeu de l'acrostiche imaginaire.
Tout d'abord, nous prenons le premier mot qui nous vient à l'esprit, surtout ne pas réfléchir ! Ici, ce fut le mot "boire". Nous l'écrivons au tableau à la verticale, puis nous complétons chaque lettre avec un mot spontané également :


En guise d'échauffement, nous inventons une histoire contenant chaque mot. Cela peut donner 5 phrases, même courtes, ou bien davantage suivant l'inspiration du moment.

Pour la phase 2, une fois l'échauffement effectué, nous reprenons le début, c'est-à-dire prendre le premier mot qui vient à l'esprit, l'écrire à la verticale au tableau, le compléter avec des mots spontanés MAIS cette fois, il s'agit d'en faire un énoncé qui ait du sens.
Avoir du sens dans ce cadre signifie qui veuille dire quelque chose, qui ait une suite, même si tout n'est pas parfait grammaticalement puisqu'il manquera de petits mots de liaison. Le sens n'est en revanche ni rationnel, ni réaliste : c'est l'imagination qui parle.

Voici l'exemple avec le mot "calquer" qui est venu à l'esprit de Lutin, certainement parce qu'on l'avait entendu peu de temps auparavant : 


On peut voir ici la différence entre la phase 1 d'entraînement avec des mots simplement spontanés et la phase 2 (encadrée) où il a cherché à faire un énoncé ayant un sens avec des verbes, ça ressemble à une présentation de petite annonce.

Il s'agit donc de "calculer les astronautes lunaires qui utilisent un eurêka roulant". Une sorte de recensement des astronautes se servant d'un eurêka roulant.
Qu'est-ce qu'un eurêka roulant ? Bonne question...
Bah, justement c'est ce que veut l'imagination !

Pour Lutin, c'est une bulle contenant le mot "eurêka" entourée d'une boule munie de patins lui permettant de rouler (petit dessin en bas à gauche). Pour moi, c'était plutôt une idée à roulette qui peut dépanner le cerveau en cas d'ennui dans l'espace. Si un astronaute rencontre un problème lors de sa mission, il sort son eurêka roulant pour tout résoudre.

Enfin, il faut raconter et développer cette histoire, toujours pleine d'imagination mais en arrivant à s'exprimer dans un français correct afin que n'importe qui puisse comprendre cette aventure farfelue !

Ce jeu est très agréable en famille et nous aimerions le partager également en atelier
Les participants de tous âges sont les bienvenus, soit ils sont à l'aise avec l'écriture, soit ils font écrire un parent, soit ils dessinent leur histoire finale (avec le même défi de compréhension pour le lecteur). Les adultes peuvent également participer pour eux-mêmes, se décoincer l'imagination ne peut que faire du bien !
Pour ma part, j'accompagne cet atelier en proposant des variantes, en aidant à la mise par écrit ou en dessins dans le but de la compréhension finale et bien sûr je rajouterai d'autres jeux à plusieurs pour chatouiller la créativité de chacun.

Si ça vous tente, indiquez moi vos disponibilités en semaine ou en week-end, si vous préférez un atelier juste pour vous (et nous) ou un atelier à plusieurs. Si vous êtes trop éloignés de Pontault Combault, nous pouvons vous accueillir via Skype dans les mêmes conditions (soit en tête à tête familial soit au cours d'un atelier plus large), eh oui, on n'arrête pas le progrès !
Il faut compter 2 heures d'atelier pour se laisser aller à la spontanéité, écrire, dessiner et jouer avec nos histoires (5 euros par participant).

Alors, ça vous dit ?

mardi 22 novembre 2016

Bientôt nous serons...

Pour répondre à la maman voyageuse des Echappés du bocal, à la petite main agile de Vic's secret garden, à celles qui se demandent si leurs cartons seront trop loin à l'avenir pour venir les récupérer :-) ...

 Petite réponse en images :

Bientôt, nous serons là :

( c'est joli, non ?)

A proximité de l'ancienne maison du peintre qui fit, par exemple, ceci :

Alfred Sisley, Le Pont de Moret, effet d’orage, 1887, Le Havre, musée d'art moderne André-Malraux
( comme une légère impression de déjà vu )

Afin d'avoir davantage de :

Résultat de recherche d'images pour "nature"

Et moins de :

Résultat de recherche d'images pour "foule dessin"

Et de :

Résultat de recherche d'images pour "bruit dessin"
Egalement parce que j'ai très envie d'avoir :

Résultat de recherche d'images pour "poules dessin couleur"

Et que nous nous préparons à accueillir un second :

Résultat de recherche d'images pour "chien dessin couleur"

En plus d'avoir des espaces supplémentaires pour : rire, jouer, travailler, peindre, créer, se reposer, jardiner, faire des ateliers, mettre de nouveaux projets en place, cuisiner, apprécier son chez soi, se sentir bien, rêver, accueillir les copains, se promener, découvrir la nature (liste non exhaustive). Là, ça aurait fait trop d'images !

Voilà, vous savez tout ! Enfin ... avez-vous trouvé ?




dimanche 20 novembre 2016

Changements...

Voici l'automne bien implanté, deux mois passés depuis notre rentrée, deux mois de silence ici aussi, mais que s'est-il donc passé ?
Eh bien, nous avons commencé bien cadrés, pleins de bonne volonté et pourtant une petite graine était en train de germer. Un coup de cœur pour une ville puis pour sa région proche a commencé à s'imposer, de manière aussi surprenante que rapide, un nouveau projet est né et c'est désormais décidé : on déménage !

                                

Alors bien sûr, rien de très original là-dedans, nous l'avons tous déjà vécu : le stress de vendre sa maison, la joie de s'en trouver une nouvelle qui vire au marathon doublé d'un parcours du combattant, les papiers à signer, les visites qui grignotent savamment l'emploi du temps... Voilà qui nous a bien occupés.
Maintenant que nous attendons avec impatience d'occuper notre nouvelle habitation et que je me réjouis (hum...) à l'idée de faire mes cartons, je suis davantage interloquée par le chemin parcouru depuis ces derniers mois et je ne parle pas des centaines de kilomètres avalés lors de nos déplacements.

Lutin a vu son quotidien bousculé par ce nouveau projet, des rendez-vous dans tous les sens, des jours sans avoir le temps de se poser devant un cahier, de nouvelles idées, une attention plus soutenue par rapport à son environnement, l'acquisition d'un vocabulaire immobilier à faire rougir tout agent mandaté, et, pour info, non, nos nouvelles salles de bain n'auront pas de douche à l'italienne, désolée...

Quant à moi, je ne parle pas du planning qui ne ressemble plus à rien, des copines que l'on n'a pas le temps de voir (snif), des tâches quotidiennes abandonnées, des oublis incurables... Mais il y a aussi tous ces chamboulements collatéraux, toutes ces réflexions venues au cours de cette recherche.
Se projeter dans un nouvel environnement c'est imaginer un nouveau chapitre, se poser mille et une questions sur nos critères essentiels, sur une vie rêvée et un retour à la réalité. Je n'aurai sûrement pas plus de temps là-bas qu'ici mais peut-être trouverons moyen de l'employer autrement. Peut-être inverserons-nous quelques priorités, de nouvelles façons de travailler pour ma part avec des élèves qui souhaitent me suivre via Skype, de nouvelles envies aussi et surtout toutes celles qui trainent dans un coin depuis longtemps, qui vont voyager dans un modeste carton avant que je ne leur donne vie.

Alors bien sûr, je ne sais pas encore ce que tout cela va donner, mais au risque d'en froisser quelques uns il m'a fallu ce parcours pour oser m'avouer que je n'étais pas qu'une maman. J'adore ce rôle et il restera ma priorité mais j'ai aussi besoin de me retrouver. A gauche, à droite, de petits morceaux de ces envies ont tenté de percer : des défis que je n'ai pas le temps d'alimenter, différents blogs pour diverses activités, des ateliers non réguliers, des formations non valorisées... Tous ces petits morceaux n'ont pas lieu d'être si éparpillés, ils constituent la femme que je suis aussi.

Désormais tout ceci se retrouvera sur ce blog-ci. Aussi bien notre instruction en famille que tout ce que j'aurai envie de partager. Evidemment, question temps, la Curiosifée espère bien un petit coup de baguette magique...

Après tout, comment espérer transmettre de l'enthousiasme à son propre enfant lorsque l'on ne se permet pas de le vivre soi-même ?

  

lundi 5 septembre 2016

Maman s'éclate en métro !

En tant que mamans, nous parlons majoritairement de l'instruction en famille pour expliquer ce qu'elle a changé dans la vie de nos enfants, pour montrer tout ce que cela peut leur apporter de temps, de liberté, d'accomplissement...

Tout cela est bien vrai, et il y a une infinité de choses à dire sur le sujet. Et les mamans ? Ces mamans qui organisent tout, ces mamans qui mettent entre parenthèses leurs carrières, ces mamans courageuses... Là aussi, il y aurait mille choses à évoquer.

Mais il y a aussi tout simplement des moments de plaisir, des choses que l'on n'aurait peut-être pas faites si l'on ne s'était pas un beau jour questionner sur le sens de notre parcours, des réjouissances que l'on souhaite partager. Alors, même si Lutin a eu sa petite participation dans cette aventure, c'est un projet qui me tient à cœur en tant qu'individu que je présente ici aujourd'hui :


La nouvelle collection de livres PLANETE METRO que j'ai coécrite avec Stéphanie Boudaille-Lorin et Amandine Geers, sous la houlette des éditions Bonhomme de chemin, commence sa parution avec ses trois premiers tomes, le 12 septembre 2016 !!

La petite souris se fera un honneur de vous guider afin de découvrir l'Histoire, les sciences, les arts ou encore la littérature à travers un fabuleux voyage dans le métro. Ce sera l'occasion de répondre à l'insatiable curiosité des enfants : d'où viennent les noms des stations ? Qui c'est ce Clemenceau ? Comment a-t-on construit le métro ? A quoi ressemblent les métros dans les autres pays ?...

Déjà en prévente sur le site de Bonhomme de chemin, ou ICI ou à commander chez votre libraire préféré.

Il n'y a plus qu'à attendre quelques jours pour vivre cette belle aventure en famille !

Planète métro
de Stéphanie Boudaille-Lorin et Roseline Pendule
Aux éditions Bonhomme de chemin


                 

lundi 29 août 2016

Grec ancien

Je ne sais pas encore si, cette année, le grec ancien s'installera chez nous. Je suis désormais (quelquefois) consciente que je propose beaucoup, qu'il faut garder le cap sur l'essentiel et ne pas en rajouter sans cesse mais comme rien ne coûte d'essayer, j'ai mon livre d'or du grec ancien à portée de main. Si Lutin est partant, chouette ! S'il est à demi partant, nous alternerons grec et latin pour fournir quelques connaissances sans surcharger le planning et s'il n'est pas partant du tout (snif snif) je remettrai ce livre sagement au chaud en attendant des jours meilleurs pour lui... ou pas (double snif, pour ceux qui n'auraient pas compris le grec ancien est un de mes dadas !).

Je vous présente mon héros :


                                   

Contrairement à ce que la couverture pourrait éventuellement faire supposer, cet ouvrage ne comporte aucune couleur, il se compose de chapitres de leçons parfois ardus mais savamment découpés afin que l'on ne soit pas obligé de lire toutes les notes ajoutées d'un coup, chaque notion prend le temps d'être installée puis on affine, les exercices sont rigoureux et l'on nage rapidement dans de vrais extraits.
Alors bien sûr, ce livre n'est pas drôle, n'est pas présenté sous forme ludique d'ailleurs ce n'est pas son but, c'est un ouvrage pour quiconque souhaite s'initier (au moins !) au grec ancien et je pense bien que les jeunes lecteurs ne sont pas visés dans ses prérogatives.
Toutefois, la progression est tellement bien pensée, la pratique encouragée, les connaissances étoffées qu'il suffit d'avoir envie d'apprendre pour faire de lui son meilleur ami. Il se suffit à lui-même, pas de multiplication de support, on peut le travailler en complète autonomie, tout est indiqué et si l'aventure vous mène au bout alors c'est déjà un sacré parcours en langue ancienne sous la houlette de Jean-Victor Vernhes que vous aurez découvert !

C'est un de mes livres chouchous, de ces livres qu'on n'utilise pas tous les jours mais que l'on n'oublie jamais, je lui dois bien quelques uns de mes examens à celui-là, alors le parcourir avec quelqu'un, ça doit être encore plus sympa !

Pour le latin, je suis en cours de tests : choix, feuilletages, lectures, exercices, dissection, bistouri... Je vous raconterai le carnage !



                                                                 















                                                 

dimanche 28 août 2016

Texte de cette semaine

Nous débuterons donc cette semaine avec un nouvel extrait du Grand Meaulnes qui permettra de découvrir davantage l'œuvre. Le premier morceau choisi présentait le narrateur dont l'enfance était bouleversée par l'arrivée de Meaulnes, nous restons sur le thème de la jeunesse avec ces écoliers qui accueillent un nouveau venu...



LE TEXTE tiré du Livre unique de français de Dumas.

La leçon de vocabulaire à la suite servira de base pour notre séance de cette semaine.